des Choses à Dire

15 - le Vide, ce n'est pas rien

 

 

 

 

Novembre 2008. Bois, peinture vynylique, plexiglass gravé - cadre doré coupé.

Il s'agit d'une plaque de plexiglass transparent avec la phrase gravée – à l'envers, pour que le côté spectateur reste lisse – dont on voit surtout l'ombre sur le fond, sous un éclairage approprié. Le plexi est loin d'être parfaitement lisse et transparent ! Il a des marques et de fines projections de peintures, lesquelles ne se voient que d'assez près. Cela participe parfaitement à.

Le parti pris d'avoir pour chaque œuvre : un fond, un objet et une sentence est ici plus spécieux puisque le (petit) fond et l'objet semblent se confondre. On pourrait dire que, si le fond est le plexi, l'objet, c'est le vide ! puisque le vide, ce n'est pas rien.

La phrase n'est pas du tout, dans mon esprit, une amusante pirouette et son intérêt ne repose pas que sur un paradoxe. Il s'agit au contraire de quelque chose de tout à fait fondamental. Non seulement : le vide, ce n'est pas rien, mais encore : rien n'est vide... Tout est.

Pour le grand fond (ajouté en juillet 2014), j'ai opté pour un ton très clair, légèrement crème. Le cadre est fixé dessus sans l'espacement de bouchons, pour mieux pouvoir voir l'ombre du texte.

Cette œuvre restera la plus dépouillée et est l'une de mes préférées.

Autres textes envisagés : oubli / oublie / tout passe / tout passe, tout casse / plus rien (bientôt) / bientôt la mort.

Animation en Vidéo:

Mai 2013

Il était bien difficile d'envisager une animation pour cette œuvre si particulière. Je suis resté dans le minimalisme, choisissant comme musique un fragment (2'30") du Lux æterna (1966) de György Ligeti, d'abord parce que j'aime beaucoup ce compositeur, mais aussi en référence/hommage au film (culte) : 2001, l'odyssée de l'espace...

Animation réalisée avant l'ajout du grand fond.

Détails :